Comité Expansion Economique du Puy de Dôme : création, immobilier et aides aux entreprises d'Auvergne

Technologies de l'Information et de la Communication

Data Center, récentes implantations de start-up, de sociétés du numérique d’envergure internationale, d’entreprises riches dans leur conception. R & D en système magnétique, concepteurs multimédia 3D, développement d’interfaces hommes-machines,… le Puy-de-Dôme est un lieu d’accueil propice à la recherche et développement. Matière grise donc, mais aussi environnement et équipements nécessaires (très haut débit, hôtel d’entreprises, clusters...) apportés par les collectivités.


INFRASTRUCTURES POUR L'ECONOMIE NUMERIQUE

Pionnière en matière de réseau haut débit avec 100 % de couverture, l’Auvergne se positionne en leader sur le très haut débit avec d’ici 2017 l’ensemble de son territoire à plus de 8 Mb/s et déjà 42 % de foyers à plus de 100 Mb/s. Le développement du nouveau réseau est organisé par une régie, Auvergne numérique. Le numérique constitue l’un des 4 défis d’Auvergne 2030, le schéma d’aménagement et de développement durable du territoire prévoit par exemple, le développement et le soutien d’actions dans le domaine de l’e-économie, de l’e-éducation et de l’e-santé.

L’agglomération clermontoise a elle-même mis en place un réseau de très haut débit par l’intermédiaire d’un délégataire de service public, Clermont Networks. Le taux de disponibilité est proche de 100% pour les 200 sites connectés aujourd’hui en très haut débit. 180 kilomètres de réseau de fibre optique raccordent ainsi les Zones d’activités communautaires, les Centres de recherche publics, les Universités, les grandes écoles, le CHRU.
Et, iI s’étend régulièrement pour raccorder les entreprises qui en ont besoin et  surtout à un coût abordable.


Depuis le début de l’année 2016, Clermont Communauté co-finance un Groupement d’Intérêt Public (GIP) dont l’objet est l’accompagnement de startups à forte composante numérique. Le Bivouac, dont la gouvernance est assurée par des partenaires publics (Clermont Communauté et la Région Auvergne Rhône Alpes) mais aussi privés (8 grands groupes et un cluster), lance des appels à projets nationaux et internationaux dans le but de recueillir des candidatures de startups spécialisées dans des technologies numériques en lien avec les domaines d’innovation stratégiques du territoire.
De la santé à la mobilité en passant par la transition énergétique et l’usine du futur, ce sont 7 thématiques à forte composantes numériques qui sont couvertes par les appels à candidatures lancés par Le Bivouac.

Structure d’hébergement en résidence ou en co-working, Le Bivouac accompagne les startups en post incubation dans les domaines de la stratégie, du marketing et commercial afin de les aider à aller plus vite (et mieux) sur leurs marchés, dans le but d’acquérir les premières commandes, gage de pérennité.
Le Bivouac élabore ses programmes d’accompagnement en coopération avec ses partenaires privés qui mettent des coachs, des mentors et des spécialistes à la disposition des startups qui se font ainsi former par des experts de chez Michelin, Caisse d’Épargne, La Montagne Centre France, Limagrain, Crédit Agricole, Orange, EDF, Engie et Numélink. Il s’agit d’un modèle unique permettant de proposer aux startups un niveau d’intervention d’excellence.
 
Sur ce même territoire, Pascalis est un lieu d’accueil dédié au numérique et aux TIC.
Pépinière et Hôtel d’Entreprises offrent de nombreux services : accès très haut débit sécurisé, amphithéâtre, multimédia, synergie entre les entreprises…

Enfin, réservé aux professionnels, Pratic est un pôle de ressources et d’accompagnement dédié TIC à l’échange es bonnes pratiques numériques.



 

Des relations étroites existent avec l’enseignement supérieur et la recherche, particulièrement avec l’ISIMA (Institut Supérieur d’Informatique de Modélisation de leurs Applications) qui vient d’intégrer le Centre de réalité virtuelle (CRV) et son cube immersif hébergé auparavant au sein de l’hôtel d’entreprises de Pascalis. Le CRV permet des simulations 3D interactives et en temps réel.

L’ISIMA accueille déjà 4 entreprises travaillant sur ces thématiques comme Catopsys qui développe des solutions d’immersion et Reoviz, spécialisée dans la réalité augmentée.
Une centaine d’étudiants suit chaque année un cursus de diplôme d’ingénieur en informatique unique avec 5 spécialisations : informatique des systèmes embarqués, génie logiciel et systèmes informatiques, systèmes d’information et aide à la décision, calcul et modélisation scientifiques et,  réseaux/télécommunication. L’ISIMA propose également en 3ème année une ouverture sur la recherche et au cours d’une 4ème année optionnelle.

La collaboration avec de nombreux laboratoires est fructueuse, notamment avec le Lasmea (Laboratoire des sciences et matériaux pour l’électronique et l’automatique), notamment à travers le groupe Gravir qui traite de la perception artificielle afin de rendre les systèmes robotisés plus adaptés et plus autonomes.

D’autres laboratoires sont associés aux travaux de recherche :
• Le laboratoire d’informatique, modélisation et optimisation des systèmes (LIMOS)
• Le laboratoire de physique corpusculaire reconnu pour son expertise informatique dans les grilles de calcul.

Plus généralement, les formations diplômantes en génie logiciel, métier des télécommunications, réseaux-infrastructures, génie logiciel spécialisé web, informatique industrielle sont aussi dispensées dans les lycées, Universités ou IUT.  


AUVERGNE TIC

Les entreprises du secteur TIC (700 entreprises, plus de 7.000 emplois), restent très majoritairement localisées dans le Puy-de-Dôme et notamment l’agglomération clermontoise.

Les sociétés de service en ingénierie informatique nationales et internationales sont largement représentées : Logica, Sopra group, IBM, Cap Gemini, Atos Origin, Orange, Cegi Alpha,….. .

Au niveau régional, elles sont fédérées autour d’un cluster Auvergne TIC qui regroupe 80 adhérents représentant environ 3.000 salariés : PME-PMI, grands groupes, laboratoires de recherche, centres de formation et institutions publiques.
Il accompagne le développement des formations en adéquation avec les besoins des entreprises, à travers par exemple son implication dans le futur Campus des Métiers et des qualifications portés par l’ISIMA et le Lycée Lafayette, favorise l’innovation et le travail collaboratif notamment entre le monde de la recherche et de l’entreprise, sur des thématiques telles que la cyber sécurité, la conférence numérique, les objets connectés,…

Il compte des entreprises innovantes :
• ALMERYS, acteur majeur dans le traitement industriel des données numériques sensibles tels que les remboursements en tiers payant, dispose d’infrastructures physiques de très haut niveau de sécurité et de confidentialité permettant de gérer des millions de flux de données au quotidien.
• ALLEGORITHMIC est particulièrement innovante car elle répond aux problématiques des entreprises du jeu vidéo concernant le texturing. Ses produits automatisent de nombreuses tâches des artistes et permettent à ces derniers de se concentrer sur leur créativité. Elle compte parmi ses partenaires Dassault Systèmes, Nvidia, Intel….
 

Citons également sans être exhaustif, Vesalis et son logiciel de reconnaissance faciale, Exotic Systems, IP Leanware, Numtech sur la niche de modélisation environnementale et atmosphérique, Openium, Veodis 3D, Yansis, CIPAM…

Auvergne TIC travaille aussi sur des nouveaux projets tels la création d’un simulateur de sciage, sans équivalent dans le monde, en partenariat avec Auvergne Promobois.
Enfin, l’offre en TIC se complète par des noms bien connus : Neyrial, Adista, IBO…
Ce dernier a construit à Cébazat un éco-center dans le peloton de tête des plus écologiques de France pour un budget de 4 millions d’euros. Véritable hôtel d’entreprises numériques, il accueille une centaine de baies.




DE NOUVELLES IMPLANTATIONS

 

Dernière implantation significative, Perfect Memory a délocalisé son entreprise de la région parisienne pour s’implanter à Clermont-Ferrand.
Son offre repose sur le développement d’une plateforme logicielle sémantique unique, qui permet de gérer, d’indexer et de monétiser des contenus multimédias en grands volumes, afin de les transformer en connaissance. Elle compte des clients tels Radio France ou la RTBF. La start-up souhaite devenir un acteur majeur du web sémantique à l’échelle mondiale.