Comité Expansion Economique du Puy de Dôme : création, immobilier et aides aux entreprises d'Auvergne

Santé / Technologies du vivant

Au 4ème ou au 6ème rang de l’industrie pharmaceutique selon que l’on comptabilise les entreprises ou les établissements, l’Auvergne n’en reste pas moins  dans le peloton de tête. Avec plus des trois-quarts des effectifs, elle se situe majoritairement dans le Puy-de-Dôme. Plus spécifiquement, le Pôle Santé se distingue dans les domaines de la nutrition / santé, de la cancérologie, de l’ophtalmologie, de la périnatalité, de l’imagerie et de la lutte contre la douleur. Enfin, les technologies du vivant sont représentées dans le Puy-de-Dôme dans le secteur agroalimentaire, du végétal (Pôle Chimie Verte) et de la nutrition.


INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE


@ MSD


L’industrie pharmaceutique est représentée par des entreprises ayant investi significativement ces dernières années. Trois d’entre elles sont reconnues dans le domaine de l’ophtalmologie :

- Les Laboratoires MSD Chibret : Les Laboratoires MSD Chibret ont fait de leur site de Riom, le centre d’excellence de Productions stériles de Merck & Co dans les domaines de l’ophtalmologie, de l’antibiothérapie, de l’infectiologie et de la parasitologie.

- Les Laboratoires Théa : Les Laboratoires Théa qui fêtent leurs 20 ans en 2014, se sont hissés à la 6ème place mondiale et à la 4ème place européenne en ophtalmologie. Leur croissance est stimulée par l’internationalisation (19 filiales en Europe) et le lancement de nouveaux produits. Près de 10 % du chiffre d’affaires (295 millions en 2013 contre 270 millions en 2012) sont consacrés à la Recherche & Développement. Théa vient de rejoindre le G5 Santé qui rassemble les principales entreprises françaises de la santé et des sciences du vivant.

- Quantel Medical :  Enfin, Quantel Medical dont le siège social est dans le Puyde-Dôme a acquis une position mondiale dans le domaine de l’échographie oculaire et de la photocoagulation laser, avec une présence dans 110 pays, 22.000 appareils installés dans le monde et en ayant développé 15 innovations en 20 ans.

Plus largement, les entreprises de l’industrie pharmaceutique se sont fédérées dans le Groupement des Industries du  Médicament (GIMRA). Il représente tous les métiers du développement du médicament, de la recherche de nouvelles molécules  jusqu’à la production de médicaments, leur mise sur le marché et leur distribution. Il compte une quarantaine d’entreprises et un certain nombre d’entre elles constituent des sites majeurs de production.

Sanofi à Vertolaye, en est un exemple. C’est l’un des sites européens les plus importants dans la production de corticostéroïdes qui dispose d’un atelier de référence pour le Groupe en matière de micronisation et de broyage des principes actifs. Sanofi a investi plus de 150 millions d’Euros au cours des 3  dernières années sur son site auvergnat.

Créées localement, d’autres entreprises se sont fortement développées et ont obtenu un positionnement stratégique sur le marché français ou international. La meilleure illustration reste la holding Dômes Finance qui regroupe aujourd’hui plusieurs laboratoires pharmaceutiques vétérinaires et humains : TVM (leader en ophtalmologie vétérinaire), Vétocentre (leader en pharmacie sur le marché des animaux de compagnie), Europhartech (façonnage de médicaments formes sèches),…

Sur des marchés plus spécifiques, on note de belles réussites :

• L’Institut de recherche pharmabiotique favorise la recherche et développement en probiotiques, en fédérant une plateforme de compétences et en sécurisant le statut réglementaire.
• Dans le domaine des équipements médicaux, citons le Groupe Prodont Holliger, premier concepteur et fabricant français d’instruments dentaires en acier inoxydable qui a transféré ses productions niçoises et choletaises sur son site puydômois existant à Olliergues.

Toujours dans le territoire du Livradois-Forez, Top Clean Packaging fait désormais référence dans l’industrie médicale et pharmaceutique. L’entreprise conçoit et injecte en salle blanche, entre autres pièces techniques ultra-propres, des implants (cages lombaires ou chambre implantable sous la peau)  biocompatibles en PEEK (Polyétheréthercétone) à usage long terme, un polymère hautement résistant et doté d’une élasticité proche de celle de l’os, ou des anneaux gastriques électroniques en silicone. Autant d’avancées technologiques pour l’entreprise passée de la plasturgie à l’industrie médicale.

Et en bout de la chaîne, on retrouve l’entreprise CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques) qui maîtrise l’intégralité du circuit logistique, en prenant en charge les produits de santé dès leur sortie de production, et assure leur stockage et leur distribution. Leader des dépositaires français de produits de  santé, ses bâtiments respectent toutes les normes en vigueur : contrôle des températures, traitement de l’air, revêtement antipoussière,vidéosurveillance...

 


LE POLE MEDICAL
  

Trois grands domaines d’excellence des équipes de recherche ont été reconnus : l’oncologie incluant les équipes du CHU et du Centre Jean Perrin, les neurosciences avec un axe très fort dans le domaine de la douleur, de la sclérose en plaque et de la maladie de Parkinson, et la nutrition particulièrement au cours du vieillissement et des maladies chroniques en collaboration avec le Centre de Recherche en Nutrition Humaine d’Auvergne.

Concernant la cancérologie, les activités de recherche sont intégrées au Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes dans lequel les équipes clermontoises, qui appartiennent également au GRED (Génétique Reproduction Développement), participent à la coordination d’axes de recherche en particulier :
• environnement, nutrition, cancer,
• échappement tutoral, plasticité cellulaire et thérapies ciblées.
Pour exemple, dans le cadre du dispositif « Preuve du concept » du CLARA, un projet associant Cyclopharma et l’INSERM, vise des avancées dans  l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge du mélanome plus ciblée.

Dans le domaine des antalgiques, le premier institut en Europe dédié à la recherche translationnelle et à l’innovation contre la douleur, vient d’être créé à Clermont-Ferrand. Il s’appuie sur l’expertise acquise depuis déjà plusieurs années au sein du cluster. Analgésia Partnership qui regroupe 13 membres, 5 structures publiques et 8 entreprises privées auvergnates.

La neurochirurgie clermontoise dont la notoriété de l’équipe est mondialement reconnue, travaille en lien étroit avec l’imagerie et les technologies numériques (chirurgie assistée par ordinateur).

En effet, de nombreux équipements d’imagerie au service de la recherche existent. Le Centre international de chirurgie endoscopique (CICE) a été créé en 1990 dans la dynamique conjointe de l’évolution des techniques chirurgicales et des nouvelles technologies de l’image.


Reconnue chef de file en gynécologie, l’équipe clermontoise a mis en place un centre expérimental de simulation dédié à la pédagogie. Ouvert à d’autres spécialités, il accueille 1.500 personnes de tous horizons nationaux et internationaux.

Installé dans le même bâtiment, le CENTI (Centre d’Endoscopie et de Nouvelles Technologies Interventionnelles) regroupe plusieurs équipes médico-chirurgicales tournées vers les chirurgies du futur (robots, biotechnologies médicales) et les explorations vasculaires. Il accueille aussi l’unité ISIT spécialisée dans la recherche en  imagerie médicale fondamentale et appliquée aux domaines gynécologique et  cardiovasculaire.

D’autres plateaux existent tels le Centre d’Imagerie Cellulaire Santé (CICS) et le Centre d’Imagerie Confocale de l’Université d’Auvergne. Ils disposent d’équipements scientifiques de pointe et de compétences dédiées pour une prise en charge des projets (chercheurs ou industriels).



BIOTECHNOLOGIES : DES LIEUX D'ACCUEIL D'IMPLANTATION DE RECHERCHE
 




Greensea Rhodella Violacea @ Copyright Greentech

Les liens entreprises/universités notamment les Facultés de Médecine et de Pharmacie, organismes de recherche (INRA, CNRS, IRSTEA et INSERM), et  écoles d’ingénieurs (VetAgroSup, Polytech, Chimie Clermont,…) sont extrêmement étroits. Quatorze formations initiales spécifiques sont dédiées aux  biotechnologies allant de Bac + 2 à Bac + 8.

Pour faciliter leur ancrage, un technopôle dédié aux activités de bio-industrie a été créé. Le Biopôle Clermont-Limagne s’étend sur trois sites : Riom, Saint-Beauzire et Clermont-Ferrand. Il dispose d’un parc locatif de 20.000 m² hautement équipés pour les activités de biotechnologie végétale et celles de développement clinique / santé. Les entreprises disposent d’une gamme complète de services : hébergement, animation, services, réseaux,… Il compte  environ une cinquantaine d’entreprises. Le site de Saint-Beauzire dispose de services spécifiques type crèche et restaurant d’entreprises. Il accueille le siège social du Groupe Limagrain.
 

Pour ne citer que quelques entreprises implantées sur le Biopôle, on peut parler de :

• Neuronax qui vient d’obtenir la désignation de médicament orphelin pour la mise au point de la molécule NX210 destinée au traitement des traumatismes de la moelle épinière.
• Roowin (chimie fine) qui a transféré ses activités de la région parisienne vers le site de Riom,
• ANS Biotech qui participe au cluster Analgésia Partnership,
• Aptys Pharmaceuticals, spécialiste en développement galénique et analytique,
• Icare (prestataire de service dans la maîtrise de la contamination) qui vise à tripler la capacité de l’entreprise d’ici dix ans à travers un ambitieux plan de développement,
• Greentech, l’une des premières entreprises sur le Biopôle, et bien d’autres ….


Sans oublier l’incubateur BUSI qui intervient pour les projets de création d’entreprises innovantes, dans les sciences de la vie mais aussi de l’ingénieur, des TIC,… BUSI apporte un encadrement d’affaires en précréation (assistance économique, juridique, stratégique et scientifique) et un accompagnement en  p phase de création (accès au financement, appui à la recherche et organisation de partenariat).