Comité Expansion Economique du Puy de Dôme : création, immobilier et aides aux entreprises d'Auvergne

Alimentation / nutrition

Les effets de l’alimentation sur la santé, les enjeux environnementaux, les réglementations de sécurité alimentaire ont redonné une importance à la qualité des produits alimentaires du terroir, aux labels et aux AOP.

De l’entreprise familiale aux grands groupes internationaux, les productions autour de la viande, des produits laitiers, des céréales et des eaux ont porté les industries agro-alimentaires au rang de 3ème employeur industriel en Auvergne.

L’existence d’unités de recherche d’envergure mondiale dans le domaine de la nutrition, de la recherche agronomique, et en matière de recherche et de développement de la viande apportent de l’excellence à la filière.



L’AGRO-ALIMENTAIRE

Usine Volvic @ JP MARLEIX/Société des Eaux de Volvic

Les activités agro-alimentaires se répartissent principalement entre l’industrie laitière, de la viande, des céréales et des boissons.
Plus d’un tiers de la production fromagère se fait sous les quatre AOP : Saint-Nectaire, Cantal, Bleu d’Auvergne et Fourme d’Ambert.

Des grands groupes tels que Beuralia (Groupe SODIAAL), ou la Compagnie des fromages Richemonts, et les entreprises de plus de 100 salariés (Société Laitière des Volcans d’Auvergne par exemple) côtoient de nombreuses PME : Laiterie de Laqueuille, Société Laitière des Monts d’Auvergne, la Société Fromagère Les  Terres d’Auvergne, la Fromagerie Dischamps,…

Un cinquième de la production nationale d’eaux minérales est assurée en Auvergne. La plus connue Volvic (Groupe Danone) produit jusqu’à 7 millions de bouteilles par jour.

Des groupes de distribution (Intermarché, Leclerc), voire des indépendants se sont intéressés à cette ressource locale en exploitant de nombreuses sources : Sainte-Marguerite, Saint-Diéry, Laqueuille, Le Mont-Dore, Rozanna, Ardesy ou Châteldon.
Côté spécificités, elle se retrouve autour du sucre avec la Sucrerie de Bourdon (transformation de betteraves sucrières), la plus ancienne encore en activité en métropole et la seule au sud de la Loire, ou avec la société Cruzilles SA qui perpétue la tradition auvergnate de pâtes de fruits et fruits confits depuis plus de 130 ans ou bien encore avec la société STEVIA NATURA, seul producteur européen d’un édulcorant d’origine végétal sans calorie.

Quant aux industries de la viande et du travail des grains de produits de boulangerie, elles sont représentées dans des pôles structurés en réseau avec les laboratoires, les centres de recherche, les grandes écoles et les universités.

 



LE POLE VIANDE

La viande pèse un poids majeur dans le Puy-de-Dôme dans les activités de découpe et de transformation de la viande, notamment les productions de volailles Label Rouge, et de charcuterie et salaisons (André Volailles, Domaine de Limagne, le Clos Mally, SEDIVOL, Salaisons Polette, Limoujoux, Porc Centre, Salaisons Lassalas,…) :
Le pôle viande est une démarche engagée il y a 30 ans pour coordonner, au profit des entreprises de la filière, les activités de recherche – développement et de formation implantées localement (l’INRA de Clermont-Ferrand – Theix - Lyon, l’Université Blaise Pascal, notamment son Laboratoire de microbiologie, l’ADIV, le Lycée agricole Pasteur de Marmilhat, VetAgro-Sup). Cette expertise est reconnue aujourd’hui tant au plan national qu’international.
Partenaire privilégié des professionnels des filières viandes, l’ADIV répond à une double vocation : celle d’un institut technique agro-industriel de référence, impliqué dans les programmes de R&D collectifs ; et celle d’une société de recherche sous contrat, spécialisée dans le conseil en innovation technologique et économique. L’ADIV conduit donc des travaux de R&D, d’audit, de conseil et de formation pour le compte d’entreprises. Elle dispose d’outils exceptionnels qui en font un centre unique en France n’ayant que peu d’équivalent au monde :
• Une plateforme d’essais de 1.000 m² agréée CEE pour les activités de découpe et de transformation. Elle permet de faire des mises au point de produits, de  procédés et d’équipements à l’échelle pilote et à l’échelle pré-industrielle. Elle dispose également d’une zone de vieillissement des produits.
• Une cellule robotique polyvalente,
• Un laboratoire de manipulation des pathogènes P2+ pour la réalisation de challenge test sur des pathogènes.
• Un atelier d’analyses nutritionnelles.
L’ADIV est également dotée de laboratoires d’analyses microbiologiques et chimiques, d’un laboratoire de mesure physique et d’un atelier de mécanique / chaudronnerie.

Elle porte aussi deux unités mixtes de technologie :
• L’UMT Aprocel, « Rationalisation et amélioration des procédés de transformation des produits carnés élaborés » dont les autres partenaires sont l’Université Blaise Pascal pour le compte de l’Institut Pascal et l’unité Quapa du centre INRA de Clermont-Ferrand Theix.
• L’UMT Mécarnéo, « solutions mécatroniques et robotiques dédiées aux industries carnées » qui réunit l’ADIV, les trois tutelles de l’Institut Pascal que sont l’IFMA, l’Université Blaise Pascal et le CNRS, et le CEA comme partenaire associé.

 


LA FILIERE CEREALIERE

    
@ Vincent BOUCHET / Limagrain

Avec 8.000 emplois dans la filière céréalière, dont 4.300 dans l’industrie de transformation des grains, les céréales pèsent pour une part importante dans l’économie auvergnate.
D’un petit producteur de Muesli Bio dans le Livradois-Forez au groupe allemand Brüggen à Thiers (spécialisé dans les céréales Petit Déjeuner), le panel est large.

Deuxième employeur privé dans le bassin d’emploi de Clermont-Ferrand, N°4 mondial dans les semences et numéro 1 de la boulangerie – pâtisserie en France qui a vu son chiffre d’affaires doubler en dix ans, LIMAGRAIN frôle les 2 milliards d’euros et emploie 8 600 personnes dans le monde. En 2013 / 2014, le Groupe  a consacré 188 millions d’euros à la recherche.
Sa collaboration avec l’INRA qui compte une unité de recherche génétique diversité et écophysiologie des céréales, l’a conduit au projet d’investissement d’avenir Breedwheat. Le programme, de plus de 35 millions d’euros va durer 8 ans. Breedwheat a pour objectif de créer de nouvelles variétés de blé, qui doivent répondre aux exigences d’une agriculture durable et viable. Et dernièrement le projet européen Whealbi coordonné par l’INRA avec 18 partenaires de neuf pays, représentant les meilleurs laboratoires européens du blé et de l’orge dans des domaines allant de la génomique à l’agronomie, est d’envergure internationale.


CEREALES VALLEE

En appui de ses projets collaboratifs, le pôle de compétitivité Céréales Vallée est hébergé naturellement dans le Puy-de-Dôme au coeur de la plaine de la Limagne.

Il fédère 500 acteurs publics et privés, impliqués dans la recherche, l’industrie de services et la formation des filières céréalières. Le pôle travaille sur 4 thématiques : la production agricole durable, la nutrition / santé humaine, l’alimentation animale et les agromatériaux, avec pour objectifs :
• trouver les nouvelles variétés céréalières à partir de la lecture du génome,
• former aux évolutions des métiers et des technologies
• et être l’interface entre la production agricole, les industriels et les consommateurs.

Dans tous les cas, il s’agit de construire les filières de valorisation durables et de créer les semences de demain.


ALIMENT SANTE

Dans cette continuité, on trouve une filière complète d’enseignement supérieur dans le domaine de la nutrition / aliments / santé : le Centre de Clermont d’Agro Paris Tech est membre du pôle ESTIVE (Enseignement Sciences Technologiques et d’Innovation dans les domaines du Vivant et de l’Environnement). Le groupement d’intérêt scientifique est aussi composé d’IRSTEA, du Centre INRA de Clermont-Ferrand - Theix – Lyon, ainsi que de VetAgro-Sup (Ecole d’ingénieurs agronomes).

Dans la même lignée, le cluster Nutravita mobilise les compétences en alimentation / nutrition / santé (350 chercheurs, 35 entreprises, 2 centres de ressources technologiques). Il est associé au CRNH Auvergne (Centre de Recherche en Nutrition Humaine) mondialement reconnu pour son excellence scientifique (150 publications par an). Ensemble, ils offrent une plateforme de services intégrés qui allie CRO (Contract Research Organization) et CMO (Contract Manufacturing Organization) autour des expériences en santé musculaire et osseuse, cardiométabolique et digestive.

Les axes de recherche concernent les effets de l’alimentation, des nutriments et micronutriments sur le vieillissement et certaines pathologies chroniques, le métabolisme,… Enfin le pôle clermontois de l’Institut Carnot Qualiment® travaille plus spécifiquement sur la qualité nutritionnelle des aliments.